Ex jardins familiaux dijonnais gérés par l'Association des Jardins et Vergers de la Chouette
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les jardins familiaux, laboratoire social menacé (En Suisse)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Papyroutier
Belle plante
avatar

Messages : 414
Date d'inscription : 10/05/2011
Age : 82
Localisation ou site : (Franche Comté)

MessageSujet: Les jardins familiaux, laboratoire social menacé (En Suisse)   Lun 23 Mai - 7:20



Des jardins pour ceux qui n'en ont pas à leur porte.

Bâlois et Bernois viennent d’accepter des projets de logements qui condamnent des dizaines de jardins familiaux. Or les citadins qui prisent ces oasis de verdure y ont construit leur «tissu social», comme l’expliquent des chercheurs genevois.

Dans de nombreuses villes suisses, des surfaces vertes à l’architecture particulière rythment le paysage urbain: outre les plantes et arbustes, les cabanons et leurs drapeaux aux nationalités colorées se suivent dans un ordre parfois aléatoire. Les jardins familiaux – autrefois appelés «jardins ouvriers» – rencontrent un grand succès de Genève à Zurich, en passant par Lausanne et Bâle, au point que les listes d’attente ne désemplissent pas.

Mais «le cabanon n’a pas le vent en poupe» en Suisse, comme le résume Arnaud Frauenfelder, sociologue à la Haute école de travail social (HETS) de Genève. Avec ses collègues Christophe Delay et Laure Scalambrin, il a publié en février dernier une des rares études sur le sujet: Joindre l’utile à l’agréable, le jardin familial et la culture populaire.

Pourquoi cette menace, alors que le succès public des jardins ne se dément pas, comme l’ont prouvé les – vains – mouvements de contestation, à Berne et Bâle pour sauver ces zones vertes? Bien qu’appartenant aux villes, ces terrains sont occupés par des privés. Or les villes manquent de place, et surtout de logements. Du coup, lorsqu’il s’agit de construire, elles sont promptes à s’intéresser à ces surfaces.

Construire des logements, mais pas seulement. A Zurich, une nouvelle patinoire verra le jour sur une des plus grandes surfaces de jardins de la ville, qui en compte au total 5500, couvrant 132 hectares, l’équivalent de… 185 terrains de football (de la taille du Letzigrund, soit 105 x 68 m).

«Réserves de terrain»
«Les jardins familiaux sont sous pression en raison de la croissance de la ville», admet la Conseillère municipale écologiste de Zurich Ruth Genner, à la tête des travaux publics. «Ils ont certes une fonction d’espace vert que nous voulons préserver, mais ils sont aussi une réserve de terrain. En cas d’intérêt supérieur, ils doivent laisser la place.»

Le problème préoccupe toutes les associations de jardins familiaux de Suisse. «C’est un de nos grands soucis, explique Priska Moser, secrétaire de la Fédération suisse des jardins familiaux, qui regroupe 25'000 membres. Partout des projets immobiliers menacent nos jardins.»

«Idéal de petit propriétaire»
Si les jardiniers des villes sont si attachés à leur parcelle et à leur cabanon, c’est parce qu’elle représente, malgré son caractère officiellement locatif, «quelque chose qui est à eux, un idéal de chez-soi et, en fin de compte, un idéal de petit propriétaire», notent les sociologues Arnaud Frauenfelder et Christophe Delay, dans une interview à deux voix.

«Le jardin familial est un véritable laboratoire d’observation sociale, expliquent-ils. A Genève, et ailleurs, comme le montrent d’autres études, ils sont occupés par une population à revenu modeste. Le point commun à tous est d’avoir quitté, que ce soit eux ou leurs parents, le monde rural. Cultiver son potager est un antidote à l’exode rural, depuis la fin du 19e siècle à aujourd’hui, même si cela est davantage valable pour les étrangers arrivant dans nos villes, aujourd’hui.»

Les jardiniers interrogés par les chercheurs soulignent que leur jardin est leur «tissu social». Ils y vont en famille le week-end. Ils s’entraident, retrouvent les gestes appris avec leurs parents, s’échangent des produits et en retirent une grande fierté.

Outil d’intégration
Les jardins familiaux sont même «le meilleur instrument d’intégration», ajoute Priska Moser: «Un étranger arrivant en Suisse ne cherchera pas à s’inscrire au club de jass, peut-être intimidant. Dans un jardin, peut-être sera-t-il seul une ou deux semaines, mais il y aura forcément un sujet de conversation avec les autres jardiniers, très vite, pour peu qu’il fasse l’effort de la langue.»

Pour Christophe Delay et Arnaud Frauenfelder, qui travaillent actuellement à un deuxième volet de leur étude consacré aux discours des autorités sur les jardins, «les autorités ont tendance à négliger partiellement la question sociale posée par les jardins familiaux. Mais avec la croissance des inégalités et avec le taux de chômage, ces questions sont redevenues d’actualité.»

A la mode
Si, à Genève, les locataires de jardins familiaux ont majoritairement plus de 50 ans, à Zurich, le jardinet est à la mode. De nombreux jeunes en louent. Ce qui ne va pas sans problèmes: certaines parcelles ont en effet vu fleurir ce que la ville nomme des «datchas», des cabanons surdimensionnés qui sont le lieu de bruyantes rencontres le week-end…

La ville a décidé de mettre le holà à ce développement et vient d’édicter des règles plus sévères. Mais les jeunes sont fortement encouragés à planter leurs salades…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GéTo21
Admin
avatar

Messages : 701
Date d'inscription : 19/02/2011
Age : 73
Localisation ou site : DIJON - Gorgets

MessageSujet: Re: Les jardins familiaux, laboratoire social menacé (En Suisse)   Ven 27 Mai - 12:37

Bonjour,

merci Jean pour cet excellent article qui nous offre un éclairage nouveau et différent de beaucoup sur l'avenir des Jardins Familiaux des grandes villes de Suisse.

_________________

Il fait toujours un temps de saison. Mais on ne sait jamais laquelle (Yvan Audouard)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://photos-graphs.forumactif.com
 
Les jardins familiaux, laboratoire social menacé (En Suisse)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Jardins et Vergers de la Chouette - Dijon :: PAUSE CAFÉ :: Jardins Familiaux en Europe-
Sauter vers: